Le témoignage de Mum pas Cap sur l’allaitement

Nous partageons aujourd’hui avec vous le témoignage d’Elodie, alias Mum pas Cap, que nous avons eu le plaisir de rencontrer dans le bureau des Miss Cocoon ! Elle nous parle avec simplicité de son allaitement, et notamment de la fin de cette période, qu’elle semble avoir vécu tout en douceur, malgré quelques difficultés rencontrées auparavant.

guillemets-ouvertureLorsque j’ai découvert que j’étais enceinte, il y a un point pour lequel je n’ai pas eu à m’interroger. J’étais en effet sûre que j’allaiterais mon enfant. Cette question de l’alimentation, je ne me la suis pas posée une seule fois. Peut-être parce que ma maman m’avait parlé de ce lien indescriptible qui se forme entre bébé et maman, entre ce petit être si précieux et la personne qui lui est son essentiel.

Je savais que j’allaiterais mon enfant. Quoi qu’il en soit. Cependant, je n’ai jamais su répondre à la question : « pendant combien de temps ? ». Et pourtant, cette question est tout de même un point de repère dans l’allaitement.

Mon enfant est né, un certain 19 avril, une date si banale devenue exceptionnelle pour moi. Après un accouchement qui s’est très bien déroulé, Nonna n’a pas réellement pris la tétée de bienvenue. Il a tenté, mais il n’avait pas faim.
De mon côté, mon envie d’allaiter a été très forte. Cependant, le début n’a pas été simple. J’ai connu les douleurs causées par les crevasses, les mauvaises positions, le manque de confiance en soi. Et le baby-blues que cela a pu engendrer. 8 jours après mon accouchement, je me suis réveillée envahie par les larmes, perdue, dépassée par tous ces événements. Ma maman a su m’épauler dans ce moment difficile, et a très vite trouvé de petites solutions pour arranger ces difficultés : crèmes, bouts de sein… Mais, surtout, elle m’a poussée à consulter une sage-femme spécialisée dans l’allaitement, qui a su me donner confiance en moi-même, et en Nonna. Cette rencontre m’a permis de repartir sur de bonnes bases.

Lorsqu’est arrivé le moment de reprendre le travail, et alors même que j’étais équipée pour tirer mon lait afin de l’offrir au biberon lors de mes absences, nous avons, sans nous poser de réelles questions, suivi le conseil de notre pédiatre en introduisant des biberons de lait artificiel lorsque je n’étais pas présente pour le nourrir. Nonna n’a montré aucune réticence envers cette nouvelle alimentation. Il a très vite adopté le biberon.

Quelques mois plus tard, et alors que mon enfant avait plus de 7 mois, l’allaitement a pris un tournant différent. J’ai changé de travail, j’ai changé de rythme. Ces modifications ont, je pense, bouleversé quelque peu mon petit loup. L’allaitement est devenu très difficile, douloureux. Nonna refusait le sein, le prenait pour quelques secondes, me mordait … Et tournait la tête. Je ne pouvais rien faire. Nous avons alors continué à lui donner des biberons. Cette période a duré une quinzaine de jours. Des jours de doute. Des jours de tristesse. Des jours d’incompréhension, aussi. Mais que pouvait-il bien se passer dans sa tête à ce moment-là ? On nous dit souvent qu’un bébé aussi jeune ne peut pas se sevrer, à cet âge-là. Mais je me posais des questions. Je me demandais ce qui n’allait pas, chez moi, chez lui, chez nous. J’essayais des positions différentes, je lui proposais le sein à des périodes différentes de la journée. Rien n’y faisait, Nonna le refusait catégoriquement.

Cependant, après cette période pour laquelle je n’ai, aujourd’hui encore, pas d’explications, l’allaitement a repris, simplement, dans la plus belle douceur. Nous nous retrouvions dans notre bulle, notre cocon, à tous les deux. J’ai donc laissé faire le temps, et je ne voulais plus connaître de réflexions en allaitant « en public ». J’avais pris la décision de ne lui proposer le sein que lorsque nous étions chez nous, sans aucune personne extérieure, à part Papa. Ou lorsque nous n’étions que tous les deux ou tous les trois, isolés du reste du monde. Cela marchait bien. J’allaitais le matin principalement. Et quelques soirs, également. Cependant, je ne m’obstinais pas. Nonna ne prenait pas le sein tous les matins. Seulement lorsque je pouvais le lui proposer.

Mon allaitement a pris fin sans trop prévenir. Je me souviens très bien de la dernière tétée. Nous étions en week-end dans nos familles en Bretagne. J’allaitais Nonna le matin, dans notre bulle familiale. Rien ne laissait présager que cette tétée serait la dernière. La semaine suivante, je n’ai pas pu lui proposer le sein le matin, comme je le faisais habituellement. C’est alors que le biberon a pris le relai. Pendant une semaine entière, Nonna n’aura pas eu une seule tétée. Il n’en a pas réclamé. Les événements ont fait que, naturellement, l’allaitement a, petit à petit, pris fin. Le week-end arrivant, Nonna n’a pas cherché le sein, ne l’a pas réclamé, et ne l’a pas pris lorsque je lui ai proposé.

Voilà maintenant 15 jours qu’aucune tétée n’a eu lieu. 15 jours que mon petit être s’est, d’une certaine manière, séparé un peu plus de moi. 15 jours que je me sens pourtant bien, apaisée. Et que lui aussi, le vit bien. Je pensais que mettre fin à notre allaitement allait être plus difficile. Et pourtant, aujourd’hui, je suis heureuse. Je ne connais pas la tristesse, la déception, ou encore l’incompréhension que j’ai pu vivre 2 mois plus tôt. Au contraire. Mon petit loup arrive à se détacher d’une certaine manière de moi. Il prend son envol, un petit peu plus. Il ne semble pas avoir besoin de moi de la même manière qu’avant. Et moi, je suis décomplexée car j’ai réussi mon allaitement. Car j’ai vécu quelque chose d’exceptionnel avec mon fils : nous sommes unis par un lien unique, que l’on ne pourrait expliquer aux autres personnes.

Je suis fière d’avoir allaité mon fils. De l’avoir allaité jusqu’à ses 9 mois. Et même si, aujourd’hui, nous écrivons une nouvelle page, notre allaitement fera toujours partie de nous.guillemets-fermeture

Retrouvez Elodie sur son blog mumpascap.fr, ou sur sa page facebook !

pastille_Blog_Maman_Cocoon_2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>