Grossesse et jeunes parents : zoom sur les aides sociales (2/2)

Cette semaine, nous continuons notre tour d’horizon des aides sociales que peut vous apporter l’Etat pour vous soutenir lors de l’arrivée d’un enfant au sein de votre foyer. Pour consulter le 1er zoom effectué à ce sujet sur notre blog, cliquez ici.

La prime de déménagement

Pour y avoir droit, vous devez bénéficier de droit à l’APL (Aide Personnalisée au Logement) ou l’ALF (Allocation de Logement Familiale).
Si vous attendez ou que vous venez d’accueillir votre 3ème enfant et que son arrivée nécessite un déménagement, vous pouvez demander la prime de déménagement. Pour cela, votre demande doit être faite dans les 6 mois qui suivent votre déménagement. Celui-ci doit avoir eu lieu entre le 1er jour du mois civil qui suit la fin de votre troisième mois de grossesse et le dernier jour du mois précédant le 2e anniversaire de votre dernier enfant.
Votre demande doit être faite auprès de votre CAF. Si vous êtes éligible, la CAF  couvrira les dépenses réellement engagées pour le déménagement (facture de déménageur, de location de véhicules, frais d’essence etc. à l’appui) dans la limite de 974,90 euros pour 3 enfants à charge (81,24 euros par enfant en plus).

La prime de vacances

La CAF vous verse l’Aide aux vacances familiales (Avf) si vous partez en vacances avec vos enfants sous réserve de votre quotient familial (calculé par la CAF) et si votre lieu de vacances est agrée « Vacaf »
Aucune démarche particulière à faire. En effet, si vous êtes concerné, vous serez informés début février par mail ou par courrier.

  • Si votre quotient ne dépasse pas 350 euros, la CAF prend en charge 75% du coût du séjour (95% si votre enfant est handicapé).
  • Si votre quotient est compris entre 351 et 500 euros, la CAF prend en charge 50% du coût du séjour (75 % si votre enfant est handicapé).
  • Si votre quotient est compris entre 501 et 650 euros, la CAF prend en charge 25% du coût du séjour (55 % si votre enfant est handicapé). L’aide est plafonnée par an à 1 200 euros et 1 800 euros, si vous avez un enfant porteur de handicap et recevez l’Aeeh pour lui.

Aides en cas de maladie/de handicap

  • L’allocation journalière de présence parentale (Ajpp)

    Si votre enfant est atteint d’une maladie ou d’un handicap grave, ou est victime d’un accident grave nécessitant la présence d’une personne à ses côtés, vous pouvez prétendre à l’Aipp.

    Quelques conditions cependant :

    • Vous devez cesser ponctuellement votre activité professionnelle pour vous occuper de votre enfant. Si vous êtes salarié, vous devez faire une demande de congé de présence parentale auprès de votre employeur. Si vous êtes au chômage indemnisé, dès que vous bénéficierez de l'Ajpp, le paiement de vos allocations de chômage sera automatiquement suspendu à la demande de la CAF. En revanche, si vous êtes au chômage non indemnisé, vous ne pouvez pas prétendre à l'Ajpp.
    • Vous ne devez pas recevoir :
      o les indemnités journalières maladie, maternité, paternité ou d'accident du travail
      o l'allocation forfaitaire de repos maternel, ou l'allocation de remplacement pour maternité
      o une pension de retraite ou d'invalidité o le complément de libre choix d'activité de la prestation d'accueil du jeune enfant
      o l'allocation aux adultes handicapés o un complément de l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé versé pour cet enfant
      o une allocation de chômage

    Pour faire valoir vos droits, vous devez compléter et adresser à votre CAF une demande accompagnée d'un certificat médical détaillé, précisant la nécessité de soins contraignants et de votre présence nécessaire auprès de votre enfant. Votre demande sera étudiée par l’assurance maladie dont dépend votre enfant. Si votre demande est acceptée, vous recevrez mensuellement des allocations journalières (43,01 euros pour un couple et 51,11 euros pour une personne seule). Celles-ci correspondent au nombre de jours d’absence pris au cours de chaque mois, dans la limite de 22 jours par mois.

Info Cocoon : Si l’état de santé de votre enfant nécessite des dépenses pour un montant égal ou supérieur à 110,01 euros, un complément mensuel de 110,01 euros peut vous être versé, selon vos ressources.
Le droit est ouvert par période de 6 mois renouvelable dans la limite de 3 ans. Attention cependant : au cours de cette période de 3 ans, vous pouvez bénéficier de 310 allocations journalières au maximum.

  • L’allocation d'éducation de l'enfant handicapé (Aeeh)

    Cette aide est constituée d'une allocation de base et de six compléments attribués en fonction du coût du handicap et d'un éventuel recours à une tierce personne. Ainsi, votre droit dépend du taux d'incapacité de votre enfant. Ce taux est apprécié par la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (Cdaph). Le montant de base de l’Aeeh s’élève à 130,12 euros par mois. La demande d’Aeeh doit être effectuée auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (Mdph). Pour cela, il vous faut remplir un formulaire que vous trouverez ici.
    L'AEEH est accordée pour une durée allant de 1 à 5 ans selon l'état de santé de votre enfant. Cette durée peut être prolongée si son handicap n'est pas susceptible d'évoluer favorablement.

  • La prestation de compensation (Pch)

    Versée par le Conseil général, la Pch est une prestation permettant la prise en charge de certaines dépenses liées au handicap de votre enfant (par exemple, aménagement du logement ou du véhicule, recours à une tierce personne). Afin de percevoir la Pch, vous devez toucher l’AEEH. C'est une aide personnalisée et modulable en fonction de vos besoins, qui ne dépend pas de vos revenus. Pour en faire la demande, vous devez envoyer à la Mdph dont vous dépendez le formulaire que vous trouverez ici.

Toutes les données apportées dans cet article et notamment les montants des aides, sont valables au 03/11/17. Si une mise à  jour vous semble nécessaire, n’hésitez pas à nous l’indiquer en commentaire ou à nous envoyer un email !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>